Partager :

Les entreprises évoluent-elles à un rythme de plus en plus soutenu ? Les rapports annuels des entreprises du S&P 500, du FTSE 100 et du DAX emploient des termes tels que « vitesse », « rapidité », « agilité » et « révolution » pour illustrer l’accélération de l’évolution des entreprises. Dans une économie mondiale confrontée au bouleversement et au changement, les entreprises figurant au classement Fortune 500 perdent environ « 31,5 milliards de dollars par an à cause d’un manque de partage de connaissances » (Babcock, 2004) – un chiffre impressionnant. Cependant, une gestion active des connaissances peut aider les entreprises à augmenter leurs chances de réussir en facilitant la prise de décision, en créant des environnements où la formation s’assimile au quotidien et en stimulant les échanges culturels ainsi que l’innovation.
Étant donné le rythme actuel du changement, la gestion et le transfert des connaissances sont devenus essentiels pour les entreprises (Tyler et al., 2007). Parmi les sociétés du classement Fortune 1000, 62 % estiment que les départs à la retraite à venir entraîneront une pénurie de personnel qualifié pendant les cinq prochaines années. Seuls 19 % des employeurs ont mis en place des mesures pour éviter la perte des compétences détenues par les baby-boomers (Lindegren, 2015). L’acquisition et la transmission de connaissances sont d’autant plus importantes que 33 % des nouvelles recrues sont à la recherche d’un nouvel emploi dans les 6 mois suivant l’embauche et que le coût de remplacement d’un employé représente 10 à 30 % de son salaire annuel (Harvard Business Review).

Les avantages du transfert de connaissances pour votre entreprise

Les études montrent clairement les avantages considérables qu’offrent la gestion et le transfert des connaissances. À l’instar de nombreux auteurs, Stan Garfield en donne un aperçu dans son article intitulé 15 knowledge management benefits (« Les 15 avantages de la gestion des connaissances »). En général, les entreprises qui investissent dans le transfert de connaissances peuvent s’attendre à un impact positif dans cinq domaines :

  1. Résultats commerciaux : la gestion des connaissances offre à l’entreprise des avantages financiers directs (avantage compétitif, gains financiers, réduction des coûts, etc.) ;
  2. Clients : les clients tirent également parti de vos efforts de transfert de connaissances, notamment via l’amélioration de la qualité de vos produits, l’augmentation de la satisfaction et de la fidélité client, ainsi que la réduction des délais de commercialisation ;
  3. Innovation : le transfert de connaissances assure l’avenir de l’entreprise en favorisant la R&D, le développement de nouveaux produits et services ainsi que l’application de nouvelles technologies ;
  4. Processus : de nombreuses entreprises mettent en place des initiatives de transfert de connaissances afin d’obtenir des avantages à court terme en interne (augmentation de la productivité, réduction des erreurs et des doublons, exploitation des connaissances internes existantes et gestion des risques) ;
  5. Collaborateurs : le transfert de connaissances concerne directement les collaborateurs, auxquels il apporte des avantages indéniables (stimulation de la motivation et de l’engagement ; acquisition plus rapide des compétences se traduisant par une productivité accrue ; amélioration du travail d’équipe ; rétention des talents aux postes clés ; augmentation de la capacité à apprendre, à s’adapter au changement et à relever les challenges auxquels est confrontée l’entreprise ; etc.).

 

Les freins au transfert de connaissances

Au vu des avantages intéressants et de l’apparente facilité du transfert de connaissances, qu’est-ce qui empêche les entreprises de le mettre en œuvre ? Il ressort des conversations avec nos clients que la transmission des savoirs n’est pas aussi simple qu’elle y paraît et qu’elle présente des obstacles majeurs. Nous avons découvert que, curieusement, les obstacles les plus difficiles à surmonter ne sont pas uniquement liés à la technologie ou au financement, mais au facteur humain et à la collaboration.

Obstacles Exemples
Ressources et technologie – Absence de technologie de transfert de connaissances

– Manque de ressources et de financement

– Manque de temps pour rechercher, stocker et partager les connaissances

Processus – Difficulté à convertir les connaissances en actions

– Manque de soutien et de reconnaissance de la part de la direction pour les initiatives de transfert de connaissances

– Compartimentation des connaissances

Collaborateurs – Incompréhension (à quoi sert le transfert de connaissances ?)

– Manque de motivation, de discipline ou d’assurance

– Manque de confiance (en la politique, en soi, en la culture de l’entreprise)

Collaboration – Collaboration insuffisante entre les collaborateurs ou les équipes

– Manque de soutien en matière de formation

– Barrières culturelle, géographique et linguistique

 

Les facteurs clés de réussite du transfert de connaissances

Les connaissances d’une entreprise peuvent constituer sa proposition de valeur unique. La perte des savoirs peut mettre en péril la survie et la compétitivité de l’entreprise. Le transfert de connaissances est la clé de l’agilité et de la réussite, car il aide à identifier les bonnes pratiques et à les partager au sein de la société, et offre des avantages aussi bien sur le plan individuel qu’à l’échelle de l’organisation. 98 % des entreprises souhaitent augmenter leur capacité à partager les connaissances (Dixon et Overton, 2017) et doivent surmonter les obstacles mentionnés. Heureusement, vous pouvez mettre en œuvre et développer le transfert de connaissances dans votre entreprise DÈS À PRÉSENT en vous attaquant aux six facteurs clés de réussite issus de la recherche et des bonnes pratiques éprouvées des clients de CrossKnowledge :

  • Définissez votre stratégie de transfert de connaissances, notamment en matière de planification de la relève et de rétention du personnel ;
  • Mettez l’accent sur la formation et le partage de connaissances, aussi bien en interne qu’en externe ;
  • Investissez dans une technologie et des compétences de transfert de connaissances ;
  • Veillez à ce que la direction soutienne les initiatives de transfert de connaissances et montre l’exemple ;
  • Mettez en place des mesures incitatives et développez une culture de reconnaissance pour les collaborateurs et les équipes concernés par le transfert de connaissances ;
  • Formez vos équipes RH et L&D au transfert de connaissances.

 

Références

  • Babcock, P. (2004). Shedding light on Knowledge Management (« Le b.a.-ba de la gestion des connaissances »). HR magazine.
  • Dixon, G. et Overton, L. (2017). Tactics for successful Knowledge Transfer (« Conseils pour un transfert de connaissances réussi »). Towards Maturity.
  • Garfield, S. (2014). 15 Knowledge management benefits (« Les 15 avantages de la gestion des connaissances »). Blog sur LinkedIn.
  • Lindegren, R. (2015). Baby Boomer Brain Drain (« Retraite des baby-boomers : comment éviter la perte des compétences »). Blog sur LinkedIn.
  • North, K. et Kumta, G. (2015). Knowledge Management: Value creation through organizational learning (« Gestion des connaissances : comment créer de la valeur grâce à la formation en entreprise »). The Economist.
  • Tyler, K., Bibri, M. et Tyler, N. (2007). Strategic Sustainable Development and Knowledge Management – The Natural Step: A case study in knowledge management from a backcasting perspective (« Développement durable stratégique et gestion des connaissances – The Natural Step : une analyse rétrospective en gestion des connaissances »). Mémoire de master, Karlskrona, Suède.