Partager :

commUne étude du Cabinet Sierra Cedar* réalisée en 2015 montre un intérêt grandissant des directions RH pour les applications mobiles : les collaborateurs sont en effet de plus en plus mobiles et les usages deviennent de plus en plus nomades. Le mobile devient progressivement le point d’ancrage du collaborateur avec son entreprise. Plus que tout autre élément-clé de la fonction RH , la formation doit anticiper ces changements et devrait même en être la première illustration.

Mais entre les nouvelles applications innovantes qui promettent de nouvelles manières d’apprendre et des applications transversales qui promettent de couvrir tous les besoins RH, où est la frontière ? Quelle stratégie déployer ? Quel investissement réaliser ?

 

La promesse d’une application tout en un : un investissement rassurant à évolution lente. 

Même si la promesse d’une application transversale est séduisante, il est rare qu’elle réponde efficacement à tous les besoins des fonctions RH. Plus la couverture fonctionnelle de l’application est étendue, et plus sa capacité d’innovation en est limitée. Il convient donc de choisir judicieusement son « app » au risque de se trouver bloqué dans une application trop riche et trop rigide , sujette à des évolutions trop lentes. Or s’il est bien un domaine où l’agilité est essentielle, c’est dans la mobilité et l’évolution constante des applications.

 

L’innovation oui mais pas au détriment de l’engagement des apprenants.

De la même manière, investir sur une application focalisée à 100% sur l’innovation pédagogique reste un pari audacieux. Vouloir séduire tout de suite un groupe d’apprenants prêts à tester toute nouvelle application mobile  est certes une bonne démarche. Cependant, cette approche ne doit pas se faire au détriment de la majorité qui souhaite bien souvent retrouver les mêmes contenus et formats en usage nomade.

En ce sens, céder aux sirènes d’une application « tendance » sans tenir compte de l’efficacité et de la productivité des utilisateurs est  risqué. C’est d’autant plus vrai que les problèmes d’usage apparaissent souvent après la phase de lancement de l’application.

 

La scalabilité : véritable enjeu de la mobilité

Une fois la phase de découverte dépassée, se pose en effet la question de la scalabilité c’est-à-dire du déploiement de masse de l’application. Déployer une application à grande échelle suppose que celle-ci soit dimensionnée dès le départ pour intégrer tout type de contenu sur un maximum de supports mobiles.

 

Plusieurs écueils sont constatés :   

  • L’application prend mal en compte les bibliothèques de formation existantes. (bibliothèques tierces ou de l’éditeur).
  • L’application n’est pas envisagée pour le multi-langue.
  • L’application ne gère pas correctement les contenus SCORM.
  • L’application ne tient pas compte des contenus réalisés par les experts de l’entreprise (avec un outil auteur par exemple ).
  • Les statistiques liées à l’application mobile ne sont pas croisées avec celles utilisées dans la plateforme de formation.
  • L’application ne tient pas compte des contraintes du quotidien
  • L’application ne gère pas le contenu offline.
  • Quand les besoins principaux apparaissent, le fournisseur de l’app mobile ne peut corriger le tir et couvrir les nouveaux besoins dans un délai raisonnable pour des questions de coûts, de priorité et de moyens.

Se posent alors pour les départements formation les questions suivantes :

  • Comment réconcilier la plateforme de formation avec l’app mobile ?
  • Comment assurer la continuité des parcours de formation ?
  • Comment consolider les données d’usage de l’app mobile sur des indicateurs cohérents avec ceux adoptés sur la plateforme d’apprentissage ?
  • Comment gérer la compatibilité de tous mes contenus avec l’app mobile ?
  • Qui peut m’aider à gérer la compatibilité de mes contenus avec l’application Mobile ? L’éditeur ou le fournisseur de contenu ?
  • Passée la période euphorique du lancement, est-ce réellement judicieux de maintenir deux systèmes en parallèle ?

L’expérience Mobile à l’épreuve du contenu

Mettre à disposition des collaborateurs une application fonctionnelle ne suffit pas. Une expérience d’apprentissage réussie s’accompagne d’une large diversité de contenus compatibles pour s’adapter à tous les besoins :

  • résumé PDF clé à lire en 2 minutes,
  • contenu vidéo court et synthétique sur une démarche mémorisable de storytelling,
  • questions clés pour mettre en action les concepts appris,
  • vidéos courtes d’apprentissage bureautiques
  • prise en charge de contenus personnalisées, et de bibliothèques de contenus tiers pouvant être directement visionnés au sein même de l’application.

En gommant progressivement les frictions dans le continuum d’apprentissage, grâce à une application flexible et du contenu adapté, CrossKnowledge garantit ainsi la meilleure compatibilité multi contenu du marché quelles que soient les conditions d’usage.

L’usage doit primer sur la technologie utilisée.   

La mobilité n’est plus la stratégie « gadget » qu’elle pouvait encore être il y a 5 ans. Elle doit être envisagée avec rigueur, méthode et se reposer sur la puissance fonctionnelle du système d’apprentissage et la capacité d’un acteur comme CrossKnowledge à intégrer tout type de contenu compatible et accompagner ses clients tout au long du processus d’engagement.

Faire de la mobilité le nouvel eldorado de la formation en coupant les ponts avec l’apprentissage déjà en place double les efforts, ne pérénnise pas les investissements déjà réalisés et brouille la stratégie globale de formation.

La mobilité doit au contraire être envisagée ici comme un prolongement des investissements existants en formation pour se concentrer sur l’essentiel : s’inscrire dans la continuité et l’écoute des besoins et des usages des apprenants  La priorité doit rester l’efficacité, la recherche de productivité et l’engagement continu des utilisateurs finaux.

*2015–2016 Sierra Cedar HRSystems Survey. The overall growth for Mobile within organizations is projected at over 60% for the Administrative, Workforce Management, and Talent Applications, and 160% growth for BI/Workforce Analytics.

img5

*2015–2016 Sierra Cedar HRSystems Survey. The overall growth for Mobile within organizations is projected at over 60% for the Administrative, Workforce Management, and Talent Applications, and 160% growth for BI/Workforce Analytics.