Partager :

Pour développer une culture de responsabilisation au sein d’une équipe, il faut trouver le juste équilibre entre contrôle et confiance. Trop de contrôle tue la motivation. Un collaborateur sous surveillance permanente ou devant sans cesse rendre des comptes se met sur la défensive. Une responsabilité imposée ne laisse pas de place à l’auto-motivation,  au contraire; elle est contre-productive et peut décourager.
Le vrai sens des responsabilités vient de l’intérieur : il s’agit de prendre en charge une mission en assumant les conséquences de sa réussite ou de son échec. Une responsabilité imposée vient de l’extérieur – l’équipe ne fait qu’exécuter ce qui lui est demandé, ce qui risque de l’empêcher de se prendre réellement en main.

Les managers doivent donc trouver des moyens de provoquer un déclic chez leurs collaborateurs et les encourager à s’auto-motiver ainsi qu’à assumer la responsabilité des tâches qu’ils doivent accomplir.
Dans une équipe, chaque membre doit avoir pleinement conscience des responsabilités qui lui incombent. Cela ne signifie pas que les managers doivent laisser les membres de leur équipe sans mission ni objectif, mais il est important de les laisser partager leurs difficultés ou leurs progrès. Ils doivent être libres d’effectuer leur travail de la façon qui leur convient le mieux et de demander de l’aide et de l’assistance à leur responsable. En trouvant le juste milieu entre contrôle et confiance, les managers responsabilisent leur équipe dans la réalisation des projets.

Établir une définition commune de « responsabilité »

Pour favoriser la collaboration au sein d’une équipe, il est important d’établir une définition commune de « responsabilité », ce terme étant souvent interprété de façon différente selon les personnes. C’est la raison pour laquelle l’équipe doit se réunir afin d’échanger et de se mettre d’accord sur le sens du mot. Chacun saura ainsi à quoi s’attendre et apprendra comment collaborer de manière plus efficace et productive. Il peut être utile de commencer par définir ce que la responsabilité n’est pas : il n’est pas question de désigner des coupables ni de rejeter la faute sur qui que ce soit (pour en savoir plus sur ce sujet, consultez notre article sur la responsabilité individuelle). L’équipe peut ensuite définir ensemble la responsabilité, par exemple comme « le fait d’accomplir ce que l’on a promis de faire dans les délais impartis et de demander de l’aide si besoin ».

La responsabilité, une affaire collective

Un individualisme trop prononcé empêche la responsabilisation de l’équipe. Cependant, ce type de comportement se rencontre souvent : chaque collaborateur se concentre sur ses propres objectifs, laissant parfois ses collègues gérer leur propre charge de travail sans leur proposer de les aider. Les membres de l’équipe doivent prendre conscience que chacun contribue à la réalisation des projets. La responsabilité collective implique notamment de sortir du cadre des descriptions de postes et d’aider les collègues qui en ont besoin. Il est important de considérer la mission globale de l’équipe, du service et de l’entreprise. Les managers doivent encourager leurs collaborateurs à soutenir les collègues en difficulté en partageant les tâches. Cela permettra de responsabiliser l’équipe non seulement face au travail à accomplir, mais aussi face à la mission globale.

Enfin, il est essentiel de comprendre que responsabilité ne signifie pas « accuser les autres ». Les membres d’une équipe doivent éviter de rejeter la faute sur leurs collègues ou de désigner des coupables lorsqu’un projet ne se déroule pas comme prévu, et les managers doivent montrer l’exemple sur ce point. Être responsable, c’est travailler ensemble pour atteindre les objectifs de l’équipe et s’entraider pour se surpasser.